QUELQUES MALADIES DES ARBRES ET RAVAGEURS AU JARDIN

MALADIES DES ARBRES

Quoi de plus agréable que de profiter de l’arôme des fleurs, de l’ombre des arbres et de la beauté de la végétation qui nous entoure durant les belles journées et soirées du printemps à l’automne? Le temps et l’énergie consacrés à nos jardins sont vite oubliés!

Par contre Mère Nature nous rappelle parfois qu’elle a plus d’un tour dans son sac et des insectes et maladies viennent gâcher le tout. Vos arbres et arbustes vous inquiètent? Feuilles flétries, taches, trous, insectes… Voici quelques indésirables du jardin et des informations pour les contrôler.

TACHE GOUDRONNEUSE

La tache goudronneuse affecte les érables dès le début de l’été mais les symptômes n’apparaissent que deux à trois mois plus tard.

tache-goudronneuse

Contrôler la tache goudronneuse

Cette maladie est causée par des champignons et est facilement identifiable par des taches noires lustrées ayant l’apparence du goudron et pouvant mesurer jusqu’à 3 cm de diamètre.

À la fin de l’été, les feuilles peuvent tomber prématurément. Le champignon continue son développement jusqu’au printemps suivant puis il réinfecte les nouvelles feuilles en développement.

Il est recommandé de ramasser les feuilles mortes et les détruire au fil de l’été et à l’automne. Cela réduira la quantité de champignon présent au sol mais n’empêchera pas complètement les risques d’infection par les arbres avoisinants.

C’est grave, docteur?

Bien que la valeur esthétique de l’arbre soit affectée, cette maladie a peu d’effets sur la santé de l’arbre à long terme. Avant de tomber les feuilles ont complété la photosynthèse nécessaire à la croissance de l’arbre et à la formation des bourgeons de l’année suivante. Les réserves d’énergie sont déjà emmagasinées et suffisantes pour permettre à l’arbre de se développer normalement au printemps suivant.

Source: http://www.mffp.gouv.qc.ca/forets/fimaq/insectes/fimaq-insectes-maladies-tache-goudronneuse.jsp

ACARIENS

Les tétranyques et les mites font partie de la famille des acariens et ne sont vraiment visibles et identifiables qu’à la loupe. Une infestation sévère non contrôlée peut entraîner la chute des feuilles et le dépérissement rapide des végétaux, surtout par temps chaud et sec. Les plantes affaiblies par un choc de transplantation ou une irrigation inadéquate sont prédisposées à une infestation.

Acariens

Acariens rouges

Les femelles adultes passent l’hiver sur les arbres, abritées entre les écailles des bourgeons et les fissures de l’écorce ou sur les débris végétaux tombés au sol. Selon les conditions météo il peut y avoir de 5 à 9 générations par année.

Signes et symptômes

  • Les acariens causent des dommages en suçant le contenu des cellules végétales.
  • Ils s’attaquent d’abord aux nouvelles pousses.
  • Les premiers symptômes sont des petits points jaunâtres puis des taches pâles sur le dessus des feuilles.
  • Si l’infestation n’est pas contrôlée, les feuilles jaunissent complètement ou prennent un reflet bronzé ou argenté; les feuilles trop atteintes sèchent et tombent prématurément.
  • Une forte infestation peut nuire à la fructification et aux bourgeons de l’année suivante.
  • Sur les conifères les aiguilles jaunissent puis roussissent avant de se dessécher complètement.

Lutter contre les acariens

  • Ratisser les feuilles et les fruits à mesure qu’ils tombent au sol durant l’été et à l’automne.
  • Tailler et détruire les pousses trop infestées.
  • Ne pas composter les déchets.
  • En période de canicule, asperger régulièrement le feuillage pour augmenter le taux d’humidité, préférablement le matin.
  • Utiliser de l’huile de dormance sur les arbres et arbustes infestés avant que les bourgeons n’éclosent au printemps et au courant de la saison selon les recommandations sur l’étiquette.
  • Asperger le dessous des feuilles et les tiges des plantes avec un savon insecticide selon les recommandations sur l’étiquette.

Source: http://espacepourlavie.ca/carnet-horticole/ravageurs-et-maladies/tetranyque-deux-points

NODULE NOIR

Le nodule noir est une maladie causée par un champignon qui affecte les cerisiers sauvages et ornementaux. Les arbres gravement atteints perdent de leur vigueur et pour lutter contre la maladie, il faut élaguer les branches infectées. Les spores du nodules noirs sont disséminées par le vent et la pluie. Elles germent et pénètrent directement dans les tissus intacts.

nodule noir

Symptômes du nodule noir

La maladie se caractérise par des renflements noirs, durs et allongés sur les rameaux, les branches ou le tronc. Si les nodules encerclent complètement une branche elle meurt au-dessus du point d’infection. Les nouvelles infections se manifestent par un renflement vert, qui se gonfle, se fissure et devient noir sur une période de un à trois ans. Les vieux nodules noirs constituent une porte d’entrée pour des insectes et d’autres infections.

Lutter contre le nodule noir

  1. Juste avant l’éclosion des bourgeons, au printemps, vaporiser de la bouillie bordelaise ou de l’huile de dormance sur l’arbre afin de couvrir le tronc et les branches. Il est préférable de procéder alors que les températures sont au-dessus de 12 degrés Celsius.
  2. Nettoyer les arbres tous les ans en enlevant les renflements durant l’hiver ou au début du printemps. Tailler les rameaux au moins 8 à 10 cm en dessous des renflements, car l’infection s’étend sur plusieurs centimètre de part et d’autre du nodule. On peut enduire les plaies avec de la bouillie bordelaise ou de l’huile de dormance.
  3. Détruire tous les résidus d’émondage avant le printemps. Les arbres gravement atteints doivent être abattus et brûlés.

Solution à long terme

Remplacer tous les cerisiers et plantes atteintes par des variétés non sensibles au nodule noir.

Source: http://www.agr.gc.ca/fra/science-et-innovation/pratiques-agricoles/agroforesterie/maladies-et-ravageurs/nodule-noir-du-prunier-et-du-cerisier/?id=1198101468695

SCARABÉES

Chaque année en juin et juillet les scarabées reviennent hanter les jardinier. Ils peuvent défolier en partie ou totalement les rosiers, sureaux, vignes, lilas et plusieurs autres arbustes, vivaces et arbres en quelques jours seulement.

Scarabée du rosierScarabée JaponaisDommage du Scarabée

Lutter contre le scarabée

Lutte physique: Les ramasser à la main ou à l’aspirateur et les mettre dans de l’eau savonneuse.

Lutte biologique: Il existe des pièges à phéromone vendus en jardinerie. On doit placer les pièges à environ 30 pi des plantes à protéger car c’est un attractif puissant qui attire plus qu’il ne piège les scarabées.

Lutte chimique: Les pesticides contre le scarabée sont généralement interdits en zone résidentielle.

Contrôle à long terme du scarabée

Le scarabée du rosier et le scarabée japonais ont un cycle biologique similaire à celui du fameux hanneton ou ver blanc de la pelouse. Les nématodes et autres produits efficaces contre les vers blancs sont donc indiqués afin de contrôler la ponte dans la pelouse.

Une pelouse mixte composée de trèfle et de graminées est beaucoup moins intéressante pour eux.

La meilleure méthode de contrôle est de remplacer les végétaux les plus affectés par des variétés moins attirantes.

Sources: https://www.agrireseau.net/Rap/documents/b06vig13.pdf, http://www.bioprotec.ca/pieges-insecticides/piege-scarabee-du-rosier et https://jardinierparesseux.com/2016/07/02/controler-le-scarabee-du-rosier/

 
FEU BACTÉRIEN

Depuis quelques années on voit des branches d’arbres se dessécher en quelques jours. Alors qu’auparavant le feu bactérien ne s’attaquait que principalement aux fruitiers, il attaque maintenant plusieurs autres espèces normalement tolérantes.

Le feu bactérien est très virulent et s’attaque principalement aux membres de la famille des Rosacées (cotonéaster, sorbier, framboisier, pommetiers, cerisiers). Elle infecte la plante en pénétrant les fleurs, feuilles ou blessures puis hiverne à l’intérieur de chancres des tiges ou du tronc. Le printemps suivant elle est dispersée par la pluie, la grêle, le vent, les insectes et les outils d’émondage. Les températures élevées (24 à 28 degrés Celsius) et humides favorisent son développement.

Feu bactérien

Signes et symptômes du feu bactérien

Les fleurs infectées flétrissent et deviennent brunes. En général, les feuilles et le sommet des branches infectées flétrissent et deviennent noirs, comme s’ils avaient brûlé. Sur les tissus ligneux matures infectés, on peut voir apparaître des zones enfoncées à couleur altérée, des fissures et des endroits où l’écorce se fend ou s’écaille.

Lutte contre le feu bactérien

  • Rabattre les branches présentant des chancres, à mesure qu’ils apparaissent et durant la saison de dormance. La coupe doit être réalisée à au moins 25 centimètres (cm) de tout chancre
  • Désinfecter les outils après chaque coupe avec de l’eau de javel, du Lysol ou du Pine-Soil purs ou dilués dans cinq parties d’eau.
  • Il peut être utile de combattre les insectes comme les pucerons ou les punaises qui sont des vecteurs de dispersion. Des produits à faible impact environnementaux sont disponibles en jardinerie comme le savon insecticide et l’huile de dormance.

Source: http://www.agr.gc.ca/fra/science-et-innovation/pratiques-agricoles/agroforesterie/maladies-et-ravageurs/feu-bacterien/?id=1367251354448

COCHENILLES

Les feuilles et tiges de vos plantes sont couvertes d’un liquide collant? Il peut s’agir de miellat, produit par les pucerons mais aussi par les cochenilles. Parfois le miellat sera recouvert d’un champignon noir et poudreux, la fumagine. Les cochenilles revêtent plusieurs formes et sucent la sève des plantes. Aucune plante n’est réellement à l’abri, que ce soit d’une cochenille qui lui est spécifique (cochenille du magnolia) ou de cochenilles qu’on dit polyphages (se nourrissent de plusieurs plantes). Quelques cochenilles ne nuiront pas mais une infestation majeure peut tuer un arbre.

Cochenille a carapacecochenille a carapace

Reconnaître les cochenilles

  • Immobiles, minuscules, elles se cachent à l’intersection des tiges et des feuilles, sur les racines ou sous les feuilles.
  • Apparence: petites écailles bombées, disques plats ou coquillages miniatures, gris, marron, brun foncé ou rougeâtre, taches blanches, poudreux, filamenteux ou petites boules de ouate.
  • Apparition de miellat et fumagine (moisissure noire).
  • Elles affaiblissent la plante en suçant la sève.
  • Vecteurs de maladies virales ou bactériennes des plantes.

Cochenilles à carapace

  • Mobile et invisible à l’état larvaire, la cochenille à carapace explore son environnement pendant quelques jours après éclosion des oeufs sous la carapace de la mère. Puis, elle se fixe à un endroit pour le reste de sa vie à moins qu’elles ne soient déplacées par le vent, les oiseaux, les fourmis, lors des arrosages ou de la taille.
  • Une seule cochenille peut pondre 20 000 oeufs par an.

Contrôler les cochenilles

  • Étant donné leurs carapaces et le fait que ce soient des insectes suceurs, le contrôle des cochenilles est très difficile. Aucun produit ne peut réellement percer la carapace ou ne sera consommé sur les feuilles..
  • Le traitement le plus efficace est de brosser la plante – écorce, tronc, branches, feuilles avec un savon insecticide ou de l’alcool à friction. Les solutions chimiques ne sont généralement pas approuvées en milieu résidentiel.

Sources:  http://espacepourlavie.ca/carnet-horticole/ravageurs-et-maladies/cochenilles-des-serres et http://www.lapresse.ca/le-soleil/maison/horticulture/201411/22/01-4821535-les-cochenilles-a-carapace-sournoises-et-mechantes.php

PUCERONS

Les pucerons causent des dommages aux végétaux en suçant la sève des feuilles, des petites branches, des tiges ou des racines, et il arrive qu’ils transmettent ainsi des maladies aux plantes. Plusieurs espèces produisent de grandes quantités de miellat à l’instar des cochenilles, ce qui rend les feuilles collantes et favorise le développement de fumagine, une moisissure noire.

Le miellat attire les fourmis qui élèvent même les pucerons afin de le produire. Les guêpes et pollinisateurs sont aussi attirés par ce liquide sucré.

PuceronPuceronPuceron

Signes et symptômes d’une infestation de pucerons

On retrouve les colonies de pucerons sous les feuilles, sur le bout des branches et sur les nouvelles pousses. Des taches jaunes apparaissent à l’envers des feuilles qui se recourbent, flétrissent et se dessèchent. On verra parfois de petites gales dans lesquelles sont abrités oeufs et larves. Lorsque la colonie est prête à migrer vers d’autres plantes des adultes ailés apparaissent.

Les pucerons laineux peuvent ressembler à s’y méprendre à des cochenilles farineuses.

Contrôler les pucerons

  • Évitez les engrais à haute teneur en azote
  • Inspectez chaque semaine les bourgeons et le revers des nouvelles feuilles qui regorgent de sève.
  • Au printemps, pulvérisez de l’huile de dormance (disponible en jardinerie) sur les arbres et arbustes afin de détruire les œufs qui ont hiberné.
  • La coriandre, le basilic, l’herbe à chat, la ciboulette et l’aneth repoussent les pucerons.
  • Les capucines peuvent servir de diversion en attirant les pucerons.
  • L’achillée et les carottes attirent des prédateurs naturels du puceron comme la coccinelle, la chrysope, une guêpe parasite du puceron et le syrphe.
  • Écrasez les pucerons à la main ou taillez les tiges et branches où se retrouvent les colonies.
  • Pulvérisez le dessous des plantes et les colonies avec de puissants jets d’eau ou du savon insecticide.
  • Il est possible de se procurer dans certaines jardineries ou en ligne des insectes prédateurs (coccinelles ou guêpe parasite) qu’on peut relâcher au jardin.

AGRILE DU FRÊNE

Qui n’a pas entendu parler de l’agrile du frêne? L’agrile du frêne est un coléoptère asiatique vert métallique envahissant extrêmement destructeur qui attaque et tue toutes les espèces de frênes. L’agrile a déjà tué près de 75 millions de frênes en Amérique du Nord.

Le frêne était l’arbre parfait en milieu urbain: relativement étroit, résistant à la pollution, sans entretien, grande longévité, peu demandant en eau et engrais et sans ravageur connu… jusqu’à l’agrile au tournant des années 2000. À Québec où l’agrile a été détecté officiellement en juillet 2017, la forêt urbaine comporte de 13 à 20% de frênes soit près de 40 000 arbres. Sur les plaines d’Abraham seulement on en compte près de 300. À Montréal c’est plus de 15 000 frênes qui ont été abattus depuis 2011 mais les pronostics suite au traitement au TreeAzin et grâce à des projets de lutte avec guêpes ou champignons sont encourageants et on espère en sauver près de 60 000.

AgrileAgrileAgrileAgrile

Aspect et cycle de vie de l’agrile

  • Vit une vingtaine de jours durant lesquels il peut parcourir plusieurs kilomètres.
  • Pond ses œufs sur l’écorce des frênes du début juin à la fin juillet.
  • Ses larves creusent des galeries sous l’écorce et éventuellement tuent l’arbre.
  • Les larves hivernent sous l’écorce et l’adulte émerge en mai ou juin de l’année suivante.
  • Principal conseil pour éviter sa propagation : ne déplacez pas de bois de chauffage ou d’abattage.

Symptômes de l’agrile

  • Densité réduite du feuillage,
  • Éclaircissement de la cime
  • Perte d’écorce
  • Prolifération de gourmands sur le tronc et les branches.
  • Trous de sortie des adultes, en forme de « D » et mesurant de 3 à 4 mm de largeur, visibles dans l’écorce de l’arbre.
  • L’arbre infesté meurt au bout d’un à trois ans après l’apparition des symptômes.

Lutte contre l’agrile

  • Il n’existe aucun produit chimique pour lutter contre l’agrile du frêne.
  • Le TreeAzin qu’on injecte dans les arbres permet de protéger les frênes sains ou ne présentant aucun symptôme.

Espoir et développement

  • Des projets pilotes ont cours dans la région de Montréal et à Québec utilisant des guêpes parasites qui pondent dans les oeufs d’agrile et un champignon qui tue l’agrile en 5 jours au contact (photos).
  • Le quartier Rosemont-Petite-Patrie à Montréal recycle le bois des frênes abattus afin d’en faire du mobilier urbain. Allez-y voir, ça vaut le coup d’oeil!  http://ruemasson.com/2016/04/20/masson-bancs-bacs-fleurs-fabriques-frene-infecte-agrile/

Pour plus d’infos sur l’agrile n’hésitez pas à suivre la page Facebook qui lui est dédiée ici: www.facebook.com/agriledufrene/

Source: http://www.ledevoir.com/politique/montreal/496832/montreal-poursuit-son-combat-contre-l-agrile-du-frene et http://www.agr.gc.ca/fra/science-et-innovation/pratiques-agricoles/agroforesterie/maladies-et-ravageurs/agrile-du-frene/?id=1367251084402

CHLOROSE FERRIQUE

Chlorose ferrique

Pourquoi une carence en fer?

Bien que le fer soit un élément abondant dans le sol, les plantes ont parfois de la difficulté à l’absorber en quantité suffisante dans les sols au pH trop élevé (alcalin), lorsqu’il y a excès de phosphates et dans les sols détrempés et froids notamment. Afin de savoir si votre sol est alcalin, il est possible d’acheter en jardinerie des tests de pH à faire soi-même.

Symptômes de la carence en fer

Le premier symptôme d’une carence en fer est le jaunissement des nouvelles feuilles entre les nervures, qui, elles, restent vertes. Cette carence risque d’affecter toute la plante, causant le brunissement et le dessèchement de la marge et de la pointe de certaines feuilles. Souvent, une branche entière d’un arbre ou même quelques arbres dans un secteur donné peuvent être affectés. Il arrive de trouver côte à côte des arbres touchés et des arbres sains d’une même espèce. Les carences graves peuvent entraîner la défoliation complète et la mort des arbres.

Comment remédier à une carence en fer

Les traitements ne réussissent pas à tout coup mais vaut mieux prévenir et combiner les trois ci-dessous pour des résultats optimaux.

Pulvérisations foliaires

Vaporiser le feuillage avec une solution de sulfate de fer à laquelle on aura ajouté quelques gouttes de détergent doux. Si le traitement réussit, le feuillage des végétaux devrait commencer à verdir environ 10 jours après l’application. Cette solution n’est que temporaire par contre et le traitement devra être répété.

Applications de chélate de fer

Incorporer du chélate de fer aux premiers 3 à 5 centimètres de sol sous les arbres tôt au printemps et arroser abondamment. Vendu dans la plupart des jardineries, le chélate de fer est le traitement le plus efficace. Même s’ils ne sont pas immédiatement observables, les résultats devraient durer une à deux saisons.

Acidification du sol

Si l’analyse du pH révèle un sol alcalin, l’ajout de mousse de tourbe, de compost ou d’engrais acidifiants tel le sulfate d’ammonium peuvent aider à corriger les carences mineures dans les sols alcalins (pH élevé). Cette méthode donne toutefois des résultats moins fiables que l’apport de chélate de fer.

Source: http://www.agr.gc.ca/fra/science-et-innovation/pratiques-agricoles/agroforesterie/maladies-et-ravageurs/chlorose-ferrique-des-arbres-et-arbustes/

CHENILLE À TENTE

Chenille a Tente

Cycle de vie de la chenille à tente

Les papillons adultes sortent de leur cocon dans le sol de la fin juin au début juillet. Ils sont blancs avec les pattes avant orange rougeâtre et mesurent de 30 à 40 millimètres. Après l’accouplement, les femelles pondent 200 à 300 œufs ronds, blancs à jaune doré, sur la face inférieure des feuilles. Les œufs éclosent en 2 semaines, puis les chenilles se nourrissent de leur hôte pendant 6 à 8 semaines.

On peut voir des amas de chenilles couvrant le tronc des arbres après l’éclosion des oeufs. Les chenilles matures mesurent environ 25 mm de longueur. Leur corps est brun jaunâtre clair avec de larges bandes foncées le long de la face dorsale ainsi que des taches noires et orange d’où surgissent de longs poils blanchâtres.

En septembre, les chenilles se laissent tomber au sol et s’enfouissent dans la litière et le sol, où elles se fabriquent un cocon à l’intérieur duquel elles se transforment en chrysalide.

Dommages

Les chenilles se nourrissent en colonies sur les arbres ou à l’intérieur de tentes de soie. Au début, les chenilles ne font que squelettiser les feuilles. Plus tard, elles dévorent les feuilles en entier. Dans les cas d’infestation grave, la totalité des feuilles d’un arbre peut être consommée. Les grandes tentes de soie, qui renferment des excréments, des exuvies et des fragments de feuilles séchées, sont peu esthétiques.

Lutte

Couper les branches recouvertes de chenilles et celles abritant des tentes et les brûler ou en disposer dans des sacs fermés hermétiquement.

Bien que la lutte chimique soit rarement nécessaire, il est possible d’utiliser les produits à base de Bt, une bactérie qui permet de contrôler les chenilles. Les produits doivent être appliqués avec une pression suffisante pour qu’ils puissent pénétrer dans les tentes.

Source: http://www.agr.gc.ca/fra/science-et-innovation/pratiques-agricoles/agroforesterie/maladies-et-ravageurs/chenille-a-tente-estivale/?id=1367258306700

FOURMIS

Votre arbre ou vos plantes sont envahis de fourmis? À moins qu’il ne s’agisse de fourmis charpentières, elles ne sont pas la cause des dommages. Les fourmis recherchent les nectars sucrés avec lesquels elles nourrissent leurs larves. Les pivoines, tilleuls, rosiers notamment sont très appréciés des fourmis. Les arbres abîmés sont aussi un endroit de prédilection pour y creuser des nids.

Afin de ne jamais manquer de liquide sucré les fourmis élèvent les pucerons et cochenilles pour récolter le miellat qu’ils sécrètent. Les rosiers, les arbustes et arbres à floraison sucrée ou toute plante à croissance rapide arborant de jeunes pousses bien tendres sont généralement des garde-manger de prédilection pour les pucerons et cochenilles.

Fourmi

Votre meilleure alliée? La coccinelle. Elle peut dévorer plus de 50 pucerons par jour. D’ailleurs il est intéressant de savoir reconnaître la larve de coccinelle puisqu’elle est aussi vorace que l’adulte.

Coccinelle

Alors si vous voyez des colonnes de fourmis hyperactives dans vos arbres et vos plantes, soyez à l’affût des pucerons et cochenilles et remerciez les coccinelles!